Les bothies

Des résidences artistiques off-grid, qui réinventent une tradition écossaise fermement ancrée dans la nature.

Texte—Juliette Leblanc
Photo de couverture—Johnny Barrington

Sur le vaste territoire écossais se dressent des constructions qu’on dirait littéralement jaillies de terre. Des bâtiments qui semblent avoir toujours fait partie du paysage battu par le vent. Ce sont les bothies: des abris traditionnels de montagne — maisonnettes, fermettes ou granges abandonnées — que peuvent utiliser ceux et celles qui s’aventurent dans les contrées sauvages du pays. Dénués de commodités telles que l’eau courante et l’électricité, ces abris n’existent sur aucune carte.

L’artiste Bobby Niven et l’architecte Iain MacLeod se sont inspirés de cette tradition écossaise pour mettre sur pied l’organisation philanthropique Bothy Project.

Photo: Andrew Ridley

Ils voulaient offrir aux artistes la possibilité de loger dans des bâtiments sommaires, mais architecturalement intéressants; des espaces essentiellement off-grid, conçus pour optimiser le contact avec l’environnement naturel.

Tweet

La construction du premier bothy a été terminée en 2011, grâce au soutien du programme Royal Scottish Academy Residencies. Il se situe sur le domaine Inshriach, dans une zone boisée du parc national de Cairngorms.

Photo: Allan Pollok Morris

Depuis, le Bothy Project collabore avec des artistes, des designers et des architectes pour développer de nouvelles structures. De conception astucieuse, elles imitent à la fois l’image enfantine d’une maison et l’architecture vernaculaire écossaise que l’on retrouve en région éloignée. La beauté du projet réside aussi dans son humilité: peu imposants, les bothies peuvent aisément s’insérer dans tous les types de paysage, des tourbières aux boisés. Des panneaux solaires alimentent une source de lumière, une radio et une lampe de poche, alors qu’à l’extérieur se trouvent la toilette à compost et la douche suspendue, chauffée par le poêle à bois.

Le réseau promeut un rythme de vie plus lent, plus contemplatif, qui permet aux artistes d’exercer leur pratique loin du stress de la société moderne.

Tweet

Il reste que chaque bothy a son caractère propre. Par exemple, le Sweeney’s Bothy, érigé en 2013 sur le terrain accidenté de l’ile d’Eigg, a été conçu en collaboration avec l’artiste Alec Finlay. Ce dernier a trouvé son inspiration dans la légende de Sweeney, un roi gaélique du 7e siècle frappé par un sort sinistre. L’histoire raconte qu’il a été abandonné en nature pendant des années, au cours desquelles il a dormi dans des buissons d’aubépines recouverts de lierre. Si la légende infuse la conception des meubles que l’on retrouve dans le Sweeney’s Bothy (notamment le lit, constitué de branches tortueuses), c’est aussi dans le contact intime avec l’environnement qu’elle se manifeste.

Photo: Andrew Ridley

Un autre petit chef-d’œuvre du Bothy Project trône dans un recoin calme du terrain de la Scottish National Gallery of Modern Art, à Edinburgh. Au départ, le Pig Rock Bothy devait constituer un espace temporaire, à l’occasion d’un évènement d’art contemporain, pour ensuite être relocalisé en pleine nature. Mais devant le fort engouement des visiteur·euse·s, des commissionnaires et des artistes, l’abri s’est finalement vu attribuer le statut de résident permanent à la galerie. Conçu par Iain MacLeod et Bobby Niven, en collaboration avec Douglas Flett Architects, il se distingue des autres bothies par sa forme vernaculaire simple, qui semble fouettée par le vent. La structure de bois est recouverte de polycarbonate translucide — laissant la lumière naturelle filtrer le jour, et donnant au bothy une apparence de ballon lumineux la nuit, grâce à l’éclairage artificiel.

Photo: Bothy Project

La plus récente innovation du Bothy Project est d’avoir rendu possible l’achat de ces bijoux architecturaux, par la mise sur pied d’un concept: le Artist Bothy. Ce bâtiment préfabriqué est fait de matériaux écossais durables et peut théoriquement être assemblé n’importe où, en quelques minutes. Il est accessible à un public élargi — même hors de l’Écosse —, et ses profits sont réinjectés directement dans le programme afin de soutenir et de multiplier les possibilités de résidences artistiques. Le Bothy Projet se positionne ainsi comme catalyseur d’inspiration pour les créateurs et les créatrices qui résident temporairement dans ses abris.

Partagez cet article

Ne manquez jamais un numéro

Deux numéros par année

25% de réduction sur les numéros précédents

Livraison gratuite au Canada

Infolettre

Pour recevoir les dernières nouvelles et parutions, abonnez-vous à notre infolettre.