À la recherche de la prochaine vague, avec Antonio Lennert

Illustration—Florence Rivest

Antonio Lennert fait du surf depuis toujours, que ce soit dans les eaux chaudes du Brésil où il a grandi, dans l’océan Pacifique à proximité de sa résidence à San Diego ou au large des plages infinies en Australie. Son déménagement à Toronto, en 2009, aurait pu laisser présager une existence loin des vagues. Mais Antonio a rapidement découvert une communauté dynamique de surfeur·se·s dans la région des Grands Lacs, et a commencé à explorer les possibilités de pratiquer son sport préféré à longueur d’année.

Depuis qu’il a découvert sa passion pour le surf en eau froide, Antonio a fondé Surf The Greats, une marque et boutique de surf basée dans le quartier Leslieville, à Toronto. On le retrouve également dans le récent documentaire Fresh Water, diffusé sur Crave. 

Antonio a répondu à notre questionnaire durant un long vol vers Los Angeles, où il allait passer cinq jours pour le travail… et pour surfer, bien sûr.

Ton plus beau souvenir d’enfance lié à la nature.
Un jour, lorsque j’avais huit ans, je suis parti à la recherche de vagues avec mon grand frère, tôt le matin. Nous avons trouvé ce qui s’est avéré un de nos lieux préférés pour faire du surf, où les vagues formaient des lignes côtelées parfaites. Ça a été la plus belle journée que nous avons vécue à cet endroit. Ce souvenir reste encore très frais et nous en parlons très souvent. Nos parents, eux, se rappellent avoir eu bien du mal à nous faire sortir de l’eau.

Ta meilleure histoire de bois, ou ton expérience de plein air la plus inusitée.
Quand je suis allé en Islande, avec mon conjoint, nous avons voyagé en van et nous avons troqué nos téléphones cellulaires contre une carte routière en papier. Un jour, alors que nous nous dirigions vers la côte nord du pays, nous avons décidé pendant le déjeuner de faire une randonnée en montagne. Mon conjoint conduisait pendant que j’essayais de repérer sur la carte le plus haut sommet sur notre itinéraire de la journée. L’Islande ne compte pas beaucoup d’arbres, ce qui facilite la randonnée en montagne. J’ai donc choisi le plus haut sommet sur le côté nord de l’ile et, une fois arrivés, nous avons stationné le van le plus près possible de la montagne. Comme il n’y avait aucun sentier balisé, nous avons entamé la montée en ligne droite. Finalement, nous avons dû traverser plusieurs rivières et ça a été de loin la randonnée la plus pénible de ma vie. Ça nous a pris cinq heures pour nous rendre au sommet, nous étions épuisés, mais heureux d’avoir réussi à atteindre notre objectif de la journée. Au sommet, nous avons pu admirer l’un des plus beaux paysages de notre vie. Sur le chemin du retour, nous avons emprunté un raccourci à travers un glacier. Nous avons glissé sur la glace comme des enfants, en nous aidant de roches volcaniques au besoin. Ça a été sans nul doute l’une des plus belles expériences que j’aie vécues de ma vie.

L’endroit où tu es le plus heureux.
Dans l’eau.

Un projet architectural qui t’inspire.
J’adore le travail d’Oscar Niemeyer. On peut admirer ses magnifiques projets dans la plupart des grandes villes du Brésil. Quand je suis à Rio de Janeiro, j’aime aller au sambodrome ou visiter le Musée d’art contemporain de Niterói. Son travail est imaginatif, minimaliste et unique.

Quelque chose qui, selon toi, devrait disparaitre de la planète.
Le plastique.

Un enjeu qui te préoccupe dans ton quartier, ta ville ou ton pays.
Les droits des membres de la communauté LGBTQ2+ dans mon pays d’origine (le Brésil).

Un projet sur lequel tu travailles actuellement.
Nous venons de présenter un documentaire sur le surf sur lac et certaines de mes actions comme militant et membre actif de la communauté des Grands Lacs. Le film s’appelle Fresh Water. Il nous a fallu cinq ans pour le terminer. En ce moment, il est seulement accessible sur la plateforme Crave au Canada, mais il sera présenté prochainement en Australie et aux États-Unis. J’ai mis beaucoup d’amour dans ce projet-là et je me sens honoré et privilégié d’avoir pu partager mon histoire d’une si belle façon.

Quel aspect de la nature attire le plus ton attention?
Les couleurs, surtout à l’aube et au crépuscule.

Comment réussis-tu à décrocher?
Dans mon van, aussi loin au nord que possible.

Quelle petite habitude te permet de rester équilibré?
Une séance quotidienne de méditation de 15-20 minutes.

Ton endroit préféré où marcher?
Une plage déserte.

Quelle a été ta dernière rencontre avec le sublime?
Une plongée en apnée avec des requins, des raies et des iguanes marins dans les iles Galapagos.

Dans quel coin du monde naturel es-tu le plus investi?
Mon monde est partagé entre le nord de l’Ontario et le sud du Brésil.

Quelle expérience en nature te rappelle ta propre mortalité?
Surfer sur de grosses vagues sur la côte nord d’Oahu.

Partagez cet article