Un guide du véritable bienêtre selon les Heiltsuks

Quand les Heiltsuks se sont vu offrir l’occasion de bâtir un centre de bienêtre sur leur territoire, ils ont consulté les membres de leur nation pour définir ce que ce terme signifiait dans leur culture. Le Kunsoot Wellness Centre, qui a ouvert ses portes cet été, nous invite à adopter une approche plus honnête et plus ancrée du bienêtre.

Intro—Mark Mann
Texte—Jess Housty
Photos—Louise Whitehouse / The Narwhal

Le mot «bienêtre» évoque généralement des images de salades, de smoothies, de hammams et de masques pour le visage. Pourtant, quand les Heiltsuks de Bella Bella, en Colombie-Britannique, ont eu la possibilité de concevoir un centre de bienêtre pour leur communauté, ils ont décidé de ne pas s’encombrer des notions occidentales, axées sur la consommation, qui sont souvent associées à ce concept. Ils se sont plutôt inspirés de leurs valeurs culturelles intrinsèques et ont donc priorisé la famille, les aliments traditionnels et le territoire.

Le Kunsoot Wellness Centre, qui a ouvert ses portes cet été, est un monument au réel bienêtre.

Tweet

L’idée du centre remonte à la fin des années 90. À l’époque, les chefs héréditaires de Bella Bella croyaient qu’il serait bon de créer une organisation ayant pour mission d’encourager les jeunes et les familles à fréquenter le territoire. Depuis 1999, la Qqs («yeux») Projects Society gère des programmes liés au territoire, principalement dans le bassin hydrographique de la rivière Koeye, à environ 30 km au sud de Bella Bella par bateau. Or, à cause des conditions climatiques, Koeye n’est accessible que quelques mois par année. La communauté souhaitait depuis longtemps avoir un site à proximité, pour tous.

Jess Housty est la directrice générale de la Qqs Projects Society. Il y a plusieurs années, elle a entrepris, avec d’autres, un projet visant à obtenir des fonds pour la promotion du bienêtre et de la santé mentale dans les communautés isolées. Avec l’argent reçu, les Heiltsuks ont finalement pu réaliser leur rêve et mettre sur pied un centre accessible où leurs pratiques traditionnelles peuvent être encouragées et mises de l’avant. La création du Kunsoot Wellness Centre témoigne de l’approche souveraine du bienêtre défendue par cette nation et offre un modèle à toute personne qui souhaite s’engager dans une quête de bienêtre à la fois authentique et profonde.

***

Le Kunsoot Wellness Centre est situé à environ 15 minutes de bateau à l’est de Bella Bella. On peut s’y rendre toute l’année. On accède au site par un chenal long et étroit, puis par une magnifique rivière bordée d’un petit champ. L’endroit est assez plat et calme. C’est un lieu très paisible.

Historiquement, il y avait des fumoirs et plusieurs grosses maisons sur le site du village: c’était un endroit où les gens allaient pêcher, fumer et préparer le saumon pour l’hiver. Dans la baie, juste en face d’où ont été érigés les nouveaux bâtiments, on peut encore voir les vestiges de deux pièges à poissons en pierre. Un peu plus loin, en amont de la rivière, se dressent les pieux en bois d’un vieux barrage. Si vous regardez attentivement, vous pourrez trouver de vieux outils en pierre échoués sur la plage. Les ancêtres ont laissé leur trace partout sur le territoire qui nous entoure.

C’est un lieu très spécial pour de nombreux membres de la communauté. Ma grand-mère, qui a 93 ans, se rappelle y être venue en bateau depuis Bella Bella avec sa propre grand-mère pour cueillir des baies et fumer du poisson. On voulait vraiment rendre hommage à ce passé légendaire et construire ce nouvel espace en respectant tous ces legs culturels afin que les visiteur·se·s sentent la présence puissante de nos ancêtres.

Jess Housty est la directrice générale de la Qqs Projects Society, en plus d’être membre du conseil d’administration de la Kunsoot Wellness Society.

 

Définir le bienêtre
____

Pour mettre sur pied le centre Kunsoot, on s’est appuyé sur une étude sur la santé et le bienêtre réalisée dans les années 80 auprès des Heiltsuks. Les chercheur·se·s ont posé une question très simple: de quoi avez-vous besoin pour être bien?

Ils ont interrogé le plus grand nombre possible de membres de la communauté et les ont invités à recenser ce qui contribue à leur sentiment de bienêtre.

Pratiquement tous les répondant·e·s de la nation heiltsuk ont répondu qu’ils avaient besoin de ressentir une connexion avec leur famille et leur culture et d’être capables de parcourir le territoire, notamment pour se procurer les aliments traditionnels.

Dès leur arrivée, les colons ont tenté de briser les liens étroits qu’on entretenait avec la terre, avec notre culture, notre famille, nos aliments et tout ce qui est synonyme de santé. C’est une perte énorme et je crois qu’on en subit encore les effets sur le plan spirituel. Ce que j’ai appris, c’est que le peuple heiltsuk veut donner le meilleur de lui-même; il veut devenir plus fort et surmonter toutes ces difficultés. Et le centre Kunsoot est une réponse à ce besoin.

L’idée était que les membres de notre communauté se sentent proches de leur culture quand ils fréquentent le site, qu’ils puissent regarder autour d’eux et voir des essences de bois locales et des bâtiments qui cadrent avec leur environnement, comme ceux que construisaient leurs ancêtres et, enfin, qu’ils y voient exposé de l’art heiltsuk. On souhaite aussi que les Heiltsuks puissent maintenir le lien qui les unit aux aliments traditionnels, qu’ils aient accès à des trous à feu et à des fumoirs directement sur le site.

On veut créer un espace où les familles peuvent se réunir, où l’on peut renforcer notre sentiment de communauté et vivre selon notre culture et nos valeurs. Contrairement à nos ancêtres, qui n’ont pas toujours eu cette liberté, nous pouvons le faire.

Le pygargue à tête blanche est l’un des animaux de clan des Heiltsuks. On en voit fréquemment à Kunsoot, car ils nichent à proximité et viennent pêcher dans la baie.

Territoire et aliments traditionnels
____

Personnellement, c’est la compréhension des liens qui unissent mon histoire et celle de ma famille au paysage environnant qui me donne un sentiment de force et d’appartenance.

Je me sens particulièrement résiliente quand je sais que je peux compter sur les terres et les eaux qui m’entourent. J’entretiens en effet une relation de réciprocité avec eux. En fin de compte, notre identité en tant que Heiltsuks est indissociable de notre territoire.

Tweet

Quand nos enfants et nos familles passent du temps à l’extérieur, c’est comme s’ils inspiraient profondément et poussaient ensuite une longue expiration. Ils deviennent différents, plus forts. Il y a une sorte d’étincelle viscérale qu’aucune vague de colonisation ne peut éteindre.

Dans le cadre des programmes organisés sur le site de Koeye, on pêche beaucoup de saumons et de poissons de fond parce que c’est ce qui est de saison et disponible au moment où ont lieu les activités. On emmène les enfants dans la forêt et dans les champs pour y cueillir différents ingrédients utilisés dans la confection des remèdes ancestraux. L’objectif, c’est qu’ils apprennent à identifier les plantes, à les cueillir correctement et à les transformer, et qu’ils en connaissent les propriétés. On donne ensuite les remèdes concoctés aux membres de la communauté qui en ont besoin.

À Kunsoot, on pourra accéder au territoire toute l’année. On aura ainsi accès à un éventail beaucoup plus large d’apprentissages concrets. On enseignera aux gens à cueillir différentes herbes médicinales, à chasser et à préparer le chevreuil, le canard et l’oie et à connaitre les produits de la nature qui sont disponibles en fonction des saisons. On pourra ainsi diversifier les activités qu’on mène déjà à Koeye et explorer tous les aspects de notre identité heiltsuk en suivant les cycles qui s’enchainent dans une année.

On veut que notre peuple se sente à l’aise quand il est à l’extérieur, sur le territoire. On veut qu’il s’épanouisse en parvenant à identifier les éléments de son environnement qui peuvent contribuer à sa prospérité, mais aussi qu’il sente qu’il a la responsabilité de les protéger afin de tisser une relation profondément réciproque avec les terres et les eaux.

Les nouveaux membres heiltsuks de l’équipe de travail sont jumelés avec des mentors qualifiés afin de développer des compétences qui profiteront à la communauté à long terme. Les membres de l’équipe de travail, de gauche à droite : Martin Campbell, Al Laliberte, Korrie Gladstone et Chris Humchitt.

Famille et culture
____

Le modèle d’apprentissage heiltsuk implique toute la famille. Avant l’arrivée des Européen·ne·s, toutes les générations vivaient et travaillaient ensemble. Tout le monde avait un rôle à jouer.

Or, ce système social a été brisé, en raison surtout du traumatisme associé aux pensionnats indiens et à la rafle des années 60. Ainsi, en permettant aux membres de trois ou quatre, voire cinq générations de la même famille d’aller sur le territoire tous ensemble, on opère un retour à la façon dont on faisait les choses avant.

Quand tout le monde a un rôle à jouer et que tout le monde est ensemble, l’apprentissage et la guérison se font simultanément dans toutes les générations. C’est quelque chose qui est très beau à voir.

Tweet

Ce qu’il y a de bien avec un espace polyvalent comme Kunsoot, c’est qu’on peut le personnaliser en tenant compte des observations et des priorités des différents groupes qu’on s’attend à recevoir. On a des chalets assez spacieux pour accueillir de grandes cellules familiales, d’autres qui conviennent davantage aux groupes scolaires et d’autres encore qui ont été conçus pour servir de refuges aux personnes qui en ont besoin. D’autres bâtiments accueillent le personnel du centre. On a aussi une très belle maison de gardien. Les chalets sont tous un peu différents selon l’usage auquel ils se destinent. Notre peuple se verra lui-même reflété, ainsi que ses idées, dans le Kunsoot Wellness Centre. Notre objectif est d’avoir un endroit qui convient à chaque personne heiltsuk.

Larry Jorgenson est le gestionnaire de projet du Kunsoot Wellness Centre. Depuis une quarantaine d’années, il pratique la guérison par le territoire; il a aussi acquis une certaine expérience dans la gestion de projets de construction menés en région éloignée. Des aptitudes qui font de lui une ressource précieuse.

Reconquérir le bienêtre
____

La définition du bienêtre se résume à deux éléments fondamentaux. Il faut d’abord se demander ce qui fait, sur le plan personnel, qu’on se sent bien. Il ne s’agit pas ici de ce dont on a besoin selon la société à laquelle on appartient. Ou selon notre médecin ou notre psy. La réponse est beaucoup plus personnelle.

Qu’est-ce qui fait qu’on se sent bien? On gagnerait tous et toutes à se poser la question.

Tweet

L’entraide et le renforcement des liens communautaires sont très importants. Parce qu’on ne peut pas guérir en restant seul au milieu du vide. J’encourage les gens à réfléchir à ce qui leur donne le sentiment d’appartenir à une communauté. Posez-vous la question: comment les gens de votre entourage s’entraident-ils?

Toute personne peut faire l’exercice de réfléchir à ces deux questions. Pour nous, la réponse a pris la forme du Kunsoot Wellness Center; pour d’autres, ce sera différent. Mais cette réponse, quelle qu’elle soit, aura toujours une forte résonance.

Jess Housty est mère, employée d’usine et membre de la nation heiltsuk. Elle s’attache aussi à transmettre les savoirs ayant permis à ses ancêtres de survivre sur le territoire. Elle vit sur les terres ancestrales de Bella Bella, en Colombie-Britannique, où elle dirige la Qqs Projects Society et soutient le développement du Kunsoot Wellness Centre & Society.

Partagez cet article

Ne manquez jamais un numéro

Deux numéros par année

25% de réduction sur les numéros précédents

Livraison gratuite au Canada

Infolettre

Pour recevoir les dernières nouvelles et parutions, abonnez-vous à notre infolettre.