Apprivoiser la baignade en eau froide

L’artiste multidisciplinaire Jessica Lynn Wiebe nous fait part de son amour pour l’hydrothérapie et offre des conseils à quiconque souhaite profiter des bienfaits d’un bain d’eau glacée sur la santé physique et mentale.

Texte et photos—Jessica Lynn Wiebe

En 2020, j’ai continué à nager même durant l’automne. Plus l’eau était froide, plus j’aimais ça. J’ai aussi nagé tout l’hiver, et je n’ai pas arrêté depuis.

Cette pratique est devenue une forme de méditation. Pour la vivre pleinement, je dois être présente. Je me concentre sur ma respiration tandis que je m’immerge dans l’eau, et lorsque ma respiration devient régulière, je ressens un calme que j’ai du mal à trouver autrement.

La baignade en eau froide me sort de ma tête et me connecte directement avec mon corps. En sortant de l’eau, je me sens toujours énergique et revigorée.

Tweet

La thérapie par le froid — ou l’hydrothérapie — consiste à utiliser de l’eau à une température inférieure à 15 °C pour traiter certaines maladies ou procurer des bienfaits sur la santé. Comme il est difficile d’endurer ou de tolérer une température aussi basse, cette activité demeure marginale. Toutefois, lorsque l’on accepte l’inconfort, on peut dépasser ses limites et profiter de nombreux bienfaits sur la santé physique et mentale afin de guérir le corps et d’apaiser l’esprit.

Le bain d’eau glacée est une pratique très ancienne, mais qui connait un regain de popularité, en partie grâce aux nombreuses personnes partout dans le monde qui publient des photos et des vidéos d’elles se baignant dans des eaux très froides. Plusieurs de ces personnes ont été inspirées par le conférencier et athlète néerlandais Wim Hof, dont la méthode populaire d’exposition au froid fait appel à des techniques de respiration, au yoga et à la méditation.

L’exposition au froid est particulièrement populaire auprès des athlètes, puisqu’elle diminuerait l’inflammation, les enflures et les douleurs, et qu’elle stimule la récupération après l’entrainement. Mais ses avantages sont encore plus nombreux; des recherches ont montré que l’exposition au froid accélère le métabolisme et apporte une forte dose de dopamine dans notre système. Elle contribuerait également à améliorer le sommeil, la concentration et la réponse immunitaire.

J’éprouve un profond respect et une gratitude infinie pour la nature chaque fois que je m’abandonne dans ses bras de glace. Avec le temps, je me suis habituée aux difficultés physiques et mentales inhérentes à cette pratique. Malgré tout, il y a toujours une fraction de seconde, tout juste avant que mes orteils ne touchent l’eau, où je dois surmonter une barrière invisible et passer du confort à l’inconfort.

Oui, l’immersion en eau froide est inconfortable. Oui, cela peut sembler extrême. Oui, il existe d’autres façons d’expérimenter l’inconfort. Mais cette méthode-là est bénéfique pour moi.

Les leçons que j’ai apprises de cette pratique m’ont aidée à accepter l’inconfort au quotidien, que ce soit dans les décisions ou les expériences vécues, et ce, peu importe leur importance.

Tweet

Le plus bel aspect de l’immersion régulière en eau froide est l’occasion d’observer de près l’évolution de l’environnement au fil des saisons. Lorsque l’hiver s’installe, j’adore regarder la fine couche de glace se former le long du rivage, pour ensuite s’étendre et prendre de l’ampleur, s’épaissir et se solidifier, gelant lentement le lac jusqu’à son centre. En Nouvelle-Écosse, la température a tendance à fluctuer en hiver, et lorsque le temps se réchauffe et qu’il pleut, l’eau s’accumule sur la glace. Puis, lorsque le mercure chute, l’eau se transforme peu à peu en neige et, tranquillement, la surface durcit et une nouvelle couche de glace se forme. Lors des jours de grand vent et de tempête, les couches de glace se détachent et s’entassent le long du rivage, formant de nouvelles superpositions.

Malgré les nombreux bienfaits sur la santé de la baignade en eau froide, la nature est imprévisible. J’aime garder cela en tête lorsque je fais une randonnée ou que je nage dans des endroits sauvages. À l’image de la nature, l’être humain est à la fois solide et délicat. Il faut être vigilant·e, conscient·e et bien préparé·e.

Sacclimater en trois étapes simples
____

Attention: Les personnes malade ou souffrant de maladies cardiovasculaires doivent éviter les bains d’eau glacée!

  1. Soyez prudent·e·s. Bien que l’immersion en eau froide gagne en popularité, il faut se rappeler de laisser notre orgueil de côté et de privilégier la sécurité avant tout. L’important n’est pas de rester le plus longtemps possible dans l’eau, mais plutôt d’écouter son corps. Faites des recherches sur les effets du froid sur le corps — vous trouverez des ressources à la fin de cet article — et établissez un plan concret pour ne pas dépasser vos limites.
  2. Apprenez des techniques de respiration. Wim Hof propose une méthode qui consiste en 30 ou 40 respirations courtes et énergiques, une longue retenue, puis une respiration de récupération. Selon lui, cette technique est une façon de réguler le système nerveux et de rester en contrôle dans des conditions extrêmes. Pratiquez la méthode Wim Hof avant de vous immerger, à l’extérieur de l’eau. Puisque cette technique peut provoquer de l’hyperventilation et mener à un évanouissement, vous ne voulez pas être dans l’eau si jamais cela vous arrive. Vous risqueriez alors de vous noyer. Une fois la technique maitrisée, vous pourrez ralentir votre respiration plus facilement dans l’eau et être calme.
  3. Augmentez progressivement votre tolérance en ajoutant 30 secondes d’eau froide à la fin de votre douche quotidienne. Il est recommandé de commencer sa pratique en nature pendant une autre saison que l’hiver, lorsque l’eau est froide, mais pas glacée, afin d’être en mesure de tolérer la chute des températures.

Que l’eau soit fraiche, froide ou recouverte de glace, voici quelques conseils appris au fil de ma pratique que je mets en application:

  • Ne vous baignez jamais en solo. Allez-y toujours avec quelqu’un, même si cette personne ne fait que vous regarder à partir du rivage.
  • Surveillez la météo. Parfois, je me prépare pour la baignade, mais une fois sur place, les conditions s’avèrent trop risquées, alors je m’abstiens!
  • Préparez une entrée dans l’eau et une sortie sécuritaire. Renseignez-vous sur le plan d’eau: courants de retour, marées, courants, etc.
  • Portez une tuque, des gants, des bottillons conçus pour nager ou des bas de laine. Beaucoup de gens portent également des gants et des bottes de néoprène. De mon côté, j’aime mettre des bas de laine dans mes bottillons pour une protection supplémentaire.
  • Soyez rapide! Les novices doivent éviter de s’éterniser dans l’eau.
  • Apportez une serviette et des vêtements chauds et amples faciles à enfiler après la baignade, surtout parce que vos doigts seront engourdis et que vous aurez moins de dextérité. J’apporte une robe de chambre en ratine que je mets dès que je sors de l’eau. Le tissu sèche ma peau et la protège des vents froids pendant que je m’habille.
  • Apportez une boisson chaude dans un thermos pour vous réchauffer!
  • Attention aux vents froids et aux engelures. Prévoyez toujours un endroit où vous pouvez vous sécher facilement et vous habiller rapidement, OU stationnez-vous près de votre lieu de baignade pour pouvoir regagner votre voiture aisément par la suite.
  • N’oubliez pas de respirer! Concentrez-vous sur votre respiration pour calmer votre corps et votre esprit. Dès que vous porterez attention à votre respiration, elle se mettra automatiquement à ralentir. Dans l’eau froide, il faut de 45 à 60 secondes pour que la respiration se stabilise, mais ce temps peut varier d’une personne à l’autre.
  • Ne vous comparez pas à d’autres personnes. Votre pratique vous appartient.

Passer à l’étape de l’eau glacée
____

Une fois que vous avez réussi à endurer la baignade en eau froide, vous pouvez essayer le bain d’eau glacée. Toutefois, à mesure que la glace se forme, vous devez réfléchir à votre stratégie d’entrée.

Plonger dans le froid est une activité exaltante, et j’ai toujours hâte de découvrir comment je m’y prendrai pour entrer dans l’eau. Avant de m’immerger, je prends en considération la météo. Lorsque la glace est mince, j’utilise une hachette pour me frayer un chemin depuis le rivage. Quand le temps se refroidit et que la glace s’épaissit, je troque ma hachette pour une masse, jusqu’à ce que la glace devienne trop épaisse. À ce moment-là, j’appelle un de mes bons amis en renfort, et il vient percer un trou dans la glace avec sa tronçonneuse. Par la suite, j’entretiens le trou tout en bravant les aléas de la météo.

 

Voici trois règles de sécurité essentielles à garder en tête lorsqu’on se trouve en présence de glace:

  1. Vérifiez toujours l’épaisseur de la glace et percez un trou près du rivage où vous pouvez facilement toucher au sol.
  2. NE SAUTEZ PAS dans la glace. Une fois sous l’eau, il est difficile de voir l’emplacement du trou.
  3. Ne percez pas de trou s’il y a de l’eau en mouvement en dessous.

En Nouvelle-Écosse, nous avons la chance d’avoir accès à de magnifiques lacs, mais l’océan est également une bonne option parce qu’il ne gèle jamais. Cependant, s’il y a un avertissement de tempête en vigueur ou si je pense que les conditions ne sont pas sécuritaires, je remets l’activité à un autre jour. Je n’insisterai jamais assez sur l’importance de maintenir une peur saine de l’eau. Mettez votre orgueil de côté, et comme le dit Wim Hof, ne vous acharnez pas!

Comme chacun·e a des motivations qui lui sont propres pour adopter cette pratique, vous trouverez vos propres raisons pour plonger dans l’eau glacée. Cette activité offre de nombreux bienfaits à de nombreuses personnes. Discutez avec des adeptes de la plongée en eau froide. Joignez-vous à un groupe pour plus de sécurité et pour vivre l’esprit de camaraderie. Il existe une communauté formidable; elle n’attend que vous!

____

Voici quelques ressources utiles à consulter lorsque viendra le temps de commencer vos aventures en eau froide:

wimhofmethod.com / outdoorswimmingsociety.com  / outdoorswimmer.comhealthline.com

La Presse / Québec Science / Radio-Canada

____

 

Jessica Lynn Wiebe est une artiste interdisciplinaire. Elle s’intéresse aux mécanismes de la guerre, puisant dans son expérience de militaire dans l’armée canadienne. Elle travaille actuellement sur un projet portant sur l’environnement et le corps physique à travers la photographie et la vidéo. Elle est établie à K’jipuktuk/Halifax, en Nouvelle-Écosse.

Share if you liked this story

Ne manquez jamais un numéro

Deux numéros par année

25% de réduction sur les numéros précédents

Livraison gratuite au Canada

Infolettre

Pour recevoir les dernières nouvelles et parutions, abonnez-vous à notre infolettre.