Across the Salty Roads

Un périple à la voile «sur le pouce» à travers les iles du Pacifique Sud, en quête d’histoires et d’initiatives de communautés locales pour contrer les effets des changements climatiques.

Traversée

De Tahiti à Moorea

En parcourant Tahiti, Guillaume a entendu parler de cultivateurs de coraux travaillant à restaurer les iles voisines. Après plusieurs semaines à Papeete, il a eu envie d’en savoir plus et de poursuivre sa traversée de l’Océan Pacifique vers l’ouest. Mais il devait d’abord trouver un bateau pour s’y rendre.

Il a utilisé sa stratégie habituelle: il a placé une annonce sur le tableau des messages de la marina et il s’est baladé sur les quais pour rencontrer des gens. Il est tombé par hasard sur le Pacific Puddle Jump, une traversée organisée tous les ans pour rallier Moorea depuis Tahiti qui rassemble des centaines de marins.

Il a rencontré Anja et Thomas, des Suisses, qui l’ont embarqué à bord de leur très chic voilier en acier, un bateau de 30 ans appelé Robusta. Ils ont mis les voiles aux côtés de 30 autres voiliers pour une traversée spectaculaire vers Moorea.

 

Moorea

Cody Clement, cultivateur de coraux

Après l’agitation de Papeete, les montagnes verdoyantes, les eaux calmes et la riche culture locale de Moorea ont eu un effet apaisant sur Guillaume. Cela me semblait l’endroit parfait pour poursuivre ses recherches. Il a donc mis le cap sur le campus de l’Université Berkeley pour rencontrer Cody Clement, qui étudie l’écologie des récifs coralliens. Le doctorant en biologie d’origine américaine a expliqué à Guillaume que les coraux sont l’un des premiers écosystèmes à réagir au réchauffement climatique parce qu’ils sont très sensibles, et que des fluctuations mineures de la température de l’eau peuvent entrainer leur blanchissement.

Il a personnellement observé des phénomènes de blanchissement massif aux Fidji au cours des dernières années, ce qui confirme ce que des scientifiques du monde entier qui collectent des données au sujet des coraux affirment: la tendance est plutôt claire, la couverture corallienne diminue rapidement. Les coraux sont exposés à une série de facteurs de stress : la surpêche en est un, mais il y a aussi le blanchissement, les eaux de ruissellement, les eaux usées et la multiplication des étoiles de mer. Leur population explose et elles mangent les coraux.

Au fil de ses expériences, Cody varie le nombre d’espèces présentes dans la communauté de coraux pour observer l’impact de ce nombre sur la performance des coraux, et notamment sur la croissance, la mortalité des tissus et la colonisation par les algues. Il a fait une tentative semblable aux Fidji et il a découvert que dans les communautés de coraux où il y avait moins d’espèces, les coraux poussaient moins, avaient plus de tissus morts et étaient davantage colonisés par les algues. Comme nous parlons toujours de l’importance de la biodiversité, l’objectif ici était de tester scientifiquement cette notion. De nombreuses expériences comme celles-ci ont été réalisées dans d’autres écosystèmes, mais cela n’avait jamais été fait sur les récifs coralliens. Ces récifs sont l’un des systèmes les plus riches en biodiversité sur terre, ce qui explique qu’on veuille améliorer l’efficacité des efforts de plantation.

Lors de sa rencontre avec Cody, Guillaume a pu visiter la plantation sous-marine de coraux du jeune scientifique: une nouvelle initiative de recherche s’ajoutant à la liste des moyens développés dans la région pour lutter contre le réchauffement climatique, et complétant ses apprentissages récents au sujet de l’application du droit à Tahiti et des projets éducatifs filmés dans les Marquises.

 

Bora Bora

Denis Schneider, cultivateur de coraux

Après avoir exploré un peu la vie marine de la côte, Guillaume a repris la mer en compagnie du Dr Barry et de son épouse Nancy vers les charmantes iles de Huahine, Raiatea, Tahaa et Bora Bora. Malgré un départ plutôt lent en raison de vents forts, ils se sont finalement rendus à destination. Un autre cours sur les coraux l’attendait, cette fois avec Denis Schneider, un scientifique et entrepreneur français installé à Bora Bora. Denis travaille actuellement avec la technologie Biorock, qui est un brevet déposé américain, U.S. patent, du Maryland. C’est un programme qui repose sur l’utilisation d’énergie électrique en bas voltage afin de catalyser des processus et de booster les coraux pour les rendre plus résistants aux changements associés au réchauffement climatique.

 

Denis est l’un des nombreux cultivateurs de coraux qui ont fait un métier de la création de pépinières dans l’archipel. Il utilise le tourisme comme un moyen de revitaliser le littoral et de promouvoir des pratiques durables.

Les cultivateurs de coraux permettent à des billiards et des billiards de larves de se répartir dans le lagon en période de reproduction. C’est un patrimoine, en fait, qui est maintenu grâce à tout ce travail. La technologie Biorock est actuellement utilisée dans plus de 30 destinations dans le monde et elle est sur le point de l’être dans d’autres régions du Pacifique Sud.

C’est fort de ces nouvelles connaissances que Guillaume a repris sa traversée, cette fois-ci vers un petit groupe d’iles à quelque 800 kilomètres de là s’étant donné comme mission de retrouver son mode de vie ancestral et de vivre conformément aux principes du développement durable…

 

Épisode 04

Les jardiniers de coraux

Guillaume amorce une nouvelle traversée, cette fois-ci de Tahiti à Moorea, afin d’explorer la conservation des récifs coralliens: une composante essentielle du patrimoine naturel de la région du Pacifique Sud. Il s’arrête d’abord à Moorea pour visiter le laboratoire sous-marin de Cody Clement, un biologiste de l’Université de Berkeley, avant de se rendre jusqu’à Bora Bora pour une sortie en mer avec Denis Schneider, un scientifique et entrepreneur d’origine française. Cody et Denis sont tous deux cultivateurs de coraux, à la recherche de méthodes innovantes pouvant garantir la pleine longévité des récifs coralliens malgré le réchauffement des océans.

Ne manquez jamais un numéro

Deux numéros par année

25% de réduction sur les numéros précédents

Livraison gratuite au Canada

Infolettre

Pour recevoir les dernières nouvelles et parutions, abonnez-vous à notre infolettre.